La couleur

nous parlerons de « couleurs-pigment » destinées à la peinture.

Les couleurs primaires sont de l’ordre de 3 :

le bleu cyan (se rapproche du turquoise)

le jaune

et le magenta (ou pourpre la couleur pourpre correspond à un rouge carmin, appelé en arts graphiques : magenta – de tonalité moyenne).

Avec les trois couleurs primaires, on peut obtenir toutes les couleurs présentes dans la nature y compris le noir

  • comment peindre des kakis et des verts avec trois couleurs ?
  • comment peindre la couleur chair avec trois couleurs ?
  • comment peindre de gris avec trois couleurs ?.

Si on mélange entre elles,les trois couleurs primaires, nous obtiendrons les couleurs secondaires :

  • Avec du magenta et du jaune on obtient du rouge orangé
  • avec du jaune et du bleu cyan on obtient du vert
  • avec du bleu cyan et du magenta on obtient du bleu-violet

en mélangeant une couleur primaire avec la couleur secondaire la plus proche, nous obtiendrons les couleurs tertiaires :

  • vert émeraude – bleu outremer – vert clair – violet – carmin – orange

enfin, si nous mélangeons à leur tour les couleurs tertiaires avec les secondaires, nous obtiendrons une autre gamme appelée des quaternaires et ainsi de suite, jusqu’à parvenir à une infinité de nuances.

Les couleurs complémentaires :

  • le bleu-violet est complémentaire du jaune
  • le rouge orangé est complémentaire du bleu cyan
  • le vert est complémentaire du magenta.

Couleur locale – couleur tonale et couleur réfléchie :

la couleur de tout corps éclairé est déterminée par les trois facteurs

suivants  :

a) la couleur locale : couleur propre et spécifique

b) la couleur tonale : les variantes de couleur dues aux effets de la lumière et de l’ombre

c) la couleur ambiante: les couleurs réfléchies par les autres corps à proximité.

Ces trois facteurs sont à leur tour conditionnés par :

d) la couleur propre de la lumière

e) l’intensité de la lumière

f) l’atmosphère interposée.

Contraste et couleur déterminés par la lumière (perspective par la couleur) :

  1. contraste marqué du premier plan par rapport aux plans éloignés

  2. décoloration et tendance au gris (nous dirons au bleu, s’il s’agit de peinture) au fur et à mesure que les plans s’éloignent

  3. netteté marquée du premier plan par rapport aux plans plus éloignés.

(« n’importe quelle couleur paraît d’autant plus foncée que la couleur qui l’entoure est claire ;

la même couleur paraît d’autant plus claire que la couleur qui l’entoure est foncée. »)

« la juxtaposition de deux couleurs d’une valeur différente les rehausse, en éclaircissant la claire et en obscurcissant la foncée »

contrastes maximaux de couleur :« le contraste de couleur maximal est fourni par la juxtaposition de deux complémentaires »« le célèbre physicien des couleurs CHEVREUL, découvrit et normalisa cet important phénomène avec ces mots : une couleur projette sur la nuance voisine sa propre complémentaire.

Induction de la complémentaire

de la théorie à la pratique : « si on tient compte des lois d’induction des couleurs complémentaires, nous dirons que pour modifier une couleur déterminée il suffira de changer la couleur du fond qui l’entoure »

user et abuser du blanc et du noir :

*50% du gris est blanc :

« la plus grande difficulté de l’huile est d’escamoter le blanc »

« ajouter du blanc à une couleur donnée implique, en théorie, et surtout en pratique, que l’on fait virer cette couleur vers le gris »

*50% du gris est noir

*peindre avec les couleurs du spectre :

« le noir par lui-même ne suffit pas à représenter le manque de lumière »

les couleurs couramment utilisées par l’artiste :

pourquoi plus de couleurs :

  • besoin et faculté pour l’artiste de choisir lui-même les couleurs qu’il considère d’usage le plus courant

  • la possibilité de choisir l’assortiment normal et de l’enrichir d’une ou plusieurs couleurs spéciales (simplification des mélanges et de la composition des couleurs, sans oublier les composants chimiques indispensables entrant dans la composition de certaines couleurs, comme l’ocre jaune).

Douze (voire dix) couleurs suffisent en dehors du blanc :

jaune cadmium citron

jaune cadmium moyen *

ocre jaune *

terre de Sienne brûlée

terre d’ombre brûlée *

rouge clair *

carmin de garance foncé *

vert permanent

vert émeraude *

bleu outremer foncé *

bleu de cobalt foncé *

bleu de Prusse *

un gros tube de blanc de titane * est recommandé (intermédiaire entre le blanc d’argent et le blanc de zinc)

(blanc d’argent : plus de texture mais il a l’inconvénient de se fissurer

le blanc de zinc est fluide et transparent mais sèche très lentement.

la couleur des ombres

en principe l’ombre est bleue

« dans la couleur de n’importe quelle ombre, il existe toujours un mélange des couleurs suivantes :

LE BLEU PRESENT DANS TOUTE OBSCURITE mélangé à LA COULEUR PROPRE DANS UN TON PLUS FONCE mélangés à leur tour à LA COMPLEMENTAIRE, POUR CHAQUE CAS, DE LA COULEUR PROPRE.

harmonisation des couleurs :

« harmoniser les couleurs, c’est trouver la concordance d’une couleur par rapport aux autres, ou de plusieurs couleurs entre elles, établissant, par là-même, un ensemble agréable pour l’esprit »

gammes des couleurs :

« le mot gamme signifie, à l’origine, une succession de sons ordonnés de façon particulière, considérée comme parfaite »

une gamme de couleurs est une succession quelconque de couleurs ou de tons parfaitement ordonnés :

gamme mélodique : est constituée par une seule couleur dégradée en différents tons par l’intervention du blanc et du « noir ».

Gamme harmonique simple : est constituée par une couleur mélodique ou dominante, accompagnée de trois autres couleurs de teinte opposée, le tout formant un ensemble à partir duquel on obtient un coloris nouveau.

Facteurs harmoniques et facteurs peu harmoniques dans les complémentaires :

le contraste entre deux complémentaires est subordonné à la valeur et à la couleur de celles-ci.

Deux couleurs complémentaires de même valeur ne peuvent pas s’harmoniser.

Gamme de couleurs pâles par mélange des couleurs complémentaires :

la gamme harmonique des gris, par mélange des couleurs complémentaires, est composée de complémentaires deux par deux, mélangées en proportions inégales et grisées avec du blanc.

Gamme harmonique des couleurs froides :

composée par les couleurs vert clair, vert, vert foncé, bleu cyan, bleu outremer, bleu intense et violet

aspect thermique des couleurs : des couleurs froides et des couleurs chaudes.

Gamme harmonique des couleurs chaudes :

constituée par les couleurs violet, magenta, carmin, rouge, orange, jaune et vert clair

le jaune et le rouge suscitent une sensation de proximité ;

le bleu et le violet suscitent une sensation d’éloignement.

Consonances et dissonances :

« se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille,, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées »

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire